Art et construction

L’animation artistique compte beaucoup pour la Fondation Careum. C’est pourquoi elle a doté son campus de plusieurs œuvres d’art.

En réaménageant l’aire de la Fondation, Careum a créé un extraordinaire campus de formation pour les professions de la santé dans le Hochschulquartier de Zurich. Inspirés par les nouvelles constructions en klinker, les maîtres d’ouvrage ont souhaité doter le nouveau campus de Careum d’une animation artistique («Kunst und Bau») en complément à l’architecture de haut niveau du bureau d’architectes bernois GWJ Architekten AG. En juillet 2003, une commission d’art a donc été mise sur pied afin de permettre à des artistes suisses invités de participer à un concours. Ceux-ci devaient créer et réaliser un aménagement extérieur et intérieur de manière artistiquement convaincante. En 2007, la première phase du projet a été réalisée. On a alors pu admirer les œuvres d’Annelies Strba, de Piero Maspoli et d’Urs Eberle à l’extérieur et à l’intérieur des édifices Careum 1 et 2 sur la Gloriastrasse (voir plan de situation).

À l’automne 2015, pour la rénovation de l’auditorium, la Fondation Careum a lancé un autre concours artistique sur invitation. Elle tenait à revaloriser le nouvel auditorium, créé par l’architectes zurichois Bhend Klammer, par des aménagements inédits, contemporains et créatifs. Pour ce faire, les maîtres d’ouvrage ont à nouveau mis sur pied une commission d’art afin d’épauler les artistes Christine Streuli et Beat Zoderer aux étapes du concours et de la réalisation.

Les œuvres d’art des créateurs

Urs Eberle: Haus der vier Elemente, 2004

L’artiste a établi quatre lieux d’intervention: la cour intérieure, la cage d’escalier principale, la cage d’escalier sud et la cage d’escalier nord. Il a associé aux quatre lieux d’intervention une couleur inspirée des éléments naturels (feu, eau, terre et air). Dans la cage d’escalier principale, il a peint sur le mur un oracle consacré au thème du feu. Urs Eberle considère sa fresque comme le prolongement de l’architecture, un peu comme une sculpture que l’on pourrait parcourir. La peinture d’Urs Eberle a ajouté des éléments symboliques et colorés à l’architecture technico-fonctionnelle de l’endroit.

Annelies Strba «PEMA CHÖKYI» (flower of joyfull teaching), 2005

L’artiste s’est inspirée d’extraits filmés dans un jardin de campagne à Horgen près de Zurich, qu’elle connaît depuis sa tendre enfance. Ces images montrent des compositions de couleur kaléidoscopiques se fondant l’une dans l’autre, un jeu où les couleurs semblent se mouvoir. Les deux images qui, de loin, rappellent des motifs floraux, doivent être vues comme un tout. Il en émane un fort rayonnement émotionnel et elles confèrent à la cafétéria à aire ouverte une composante symbolique et dynamique. Par cette œuvre, Annelies Strba évoque un monde onirique et coloré, qui tranche avec la réalité académique des lieux.

Piero Maspoli: Ohne Titel (Keil), 2006

Dans le passage qui mène de la Gloriastrasse au Campus de Careum, l’artiste a imaginé une rampe descendante en forme de cale, faite de diverses plaques de grès, qui donne sur la Plattenstrasse. La cale fait 1,20 m à son plus haut point et suit la pente naturelle pour ne faire que 40 cm à son extrémité, formant une pointe en biseau. Pour Piero Maspoli, la cale est une intervention minimale qui épouse le relief de l’endroit, sise entre des designs architecturo-sculpturaux et des manifestations naturelles. D’un point de vue urbanistique, elle délimite discrètement le campus de Careum de la Gloriastrasse et de tout le quartier universitaire.

Beat Zoderer: Raster, 2016

Actif en Suisse et à l’étranger, l’artiste évolue dans le domaine de l’art constructiviste, tant sur le plan de la forme que du contenu. Il décrit son travail dans l’auditorium Careum de la manière suivante: «On peut voir une structure quadrillée dans toute la pièce. Il s’agit d’une trame de points formée de trois cercles différents. Les axes de la trame suivent les diagonales de la pièce pour lui donner une impression de grandeur. L’ordre des points est alterné. Il s’agit d’un système binaire qui représente l’ordre et le chaos.» (Beat Zoderer, concours 2016). L’artiste a créé des motifs sur le plancher, dont les points rythmés par la régularité et l’irrégularité provoquent une sensation de vitalité et de tension. Ce n’est qu’en y regardant de plus près qu’on remarque le schéma de points à intervalles irréguliers qui invite l’observateur à considérer, voire à comprendre, la régularité de la «mystérieuse» trame de points.

Christine Streuli: Brushstrokes, 2016

L’artiste s’est fait connaître par sa peinture expressive et ornementale. Ses œuvres sont empreintes d’une forte dynamique ou de coloris intenses. Elle décrit sa fresque murale dans le vestibule comme suit: «L’idée de base est d’agrandir des coups de pinceau stylisés et de les exposer sur les murs en béton de l’entrée et du hall dans le nouvel édifice de Careum. Les coups de pinceau ainsi figés représentent l’importance du geste de peindre, du mouvement, de l’énergie et du fil de la pensée. Les grands coups de pinceau, par leur exécution propre, deviennent une forme de logo et de représentant de l’action et de la vitalité humaines. Le fait de surdimensionner un petit mouvement a pour effet de remettre en question notre perception et notre interprétation des proportions. Cela nous amène à penser différemment.» (Christine Streuli, concours 2016)


Galerie d'images Galerie d'images

Contact

Fondation Careum

Pestalozzistrasse 3
CH-8032 Zurich

T +41 43 222 50 00
F +41 43 222 50 05

info@careum.ch