Nouvelle politique de formation

De quelle formation le système de santé a-t-il besoin?

La formation et la santé sont deux domaines extrêmement importants et coûteux. Ils sont au centre de l’attention du public et des acteurs concernés – et sont largement règlementés.

Unir la santé et la formation comme systèmes d’apprentissage

Le Working Paper 7 existant de Careum «Former des professionnels pour le monde de la santé: une stratégie intersectorielle» a vu le jour sur la base d’ateliers entre experts organisés par le dialogue Careum en 2012 et 2013. Les principes énoncés ici pour une nouvelle politique de formation du secteur de la santé s’alignent essentiellement sur deux lignes d’argumentation. Il s’agit d’un côté du rapport Lancet «Health professionals for a new century: transforming education to strengthen health systems in an interdependent world», et de l’autre côté du concept-cadre européen «Santé 2020» de l’OMS. Les auteurs aspirent à poursuivre la réflexion et le développement de ces positions, et fusionnent à nouveau des lignes d’argumentation parfois connues pour proposer cinq postulats pour une politique de formation à la santé orientée vers l’avenir:

  1. Les objectifs de formation à la santé doivent se baser sur la capacité d’innovation de la société et sur la compétence des citoyens en matière de santé. La formation aux métiers actifs dans le système de santé doit faire l’objet d’une réflexion dépassant les limites des fonctions et des secteurs et d’une nouvelle posture professionnelle.
  2. Le champ d’application dans la politique de formation à la santé doit être élargi. Outre la formation pour les fonctions liées aux patients dans le traitement des malades, les fonctions liées à la population et à l’organisation ainsi que celles qui élargissent les connaissances doivent bénéficier de la même attention en matière de régulation et de financement.
  3. Les gouvernements qui ont approuvé le concept-cadre «Santé 2020» de l’OMS sont invités à élaborer une politique de formation à la santé. Les ministres de la santé et de la formation se voient ainsi investis d’un rôle de promotion central dans la concertation avec les autres secteurs, en particulier avec les finances et l’économie nationale, la recherche et l’innovation, ainsi que la législation.
  4. La formation aux fonctions dans le système de santé doit encourager prioritairement les compétences de coopération, en plus de l’expertise technique. Ces compétences nécessitent de nouvelles approches méthodologiques et didactiques, qui englobent les processus intersectoriels, les méthodes d’apprentissage interprofessionnelles et les lieux d’apprentissage dans la pratique de proximité. Une telle formation initiale et continue exige aussi des enseignants qui réfléchissent et peuvent animer ces processus exigeants de l’acquisition des compétences.
  5. Outre la formation des professionnels de la santé orientée vers l’avenir, une stratégie parallèle de formation continue est essentielle pour les personnes travaillant actuellement dans le système de santé. La formation continue systématique et ancrée dans les institutions, l’apprentissage tout au long de la vie et le développement en direction d’organisations apprenantes sont indispensables à un système de santé ouvert aux réformes de demain – parallèlement à la formation des patients et des citoyens aux questions de santé.

Ces cinq postulats doivent être réalisés à l’aide des mesures stratégiques suivantes:

  • Saisir les données adéquates pour améliorer le savoir: renforcer la recherche sur le système de santé et de formation
  • Changer les institutions de formation: permettre l’évolution vers la vision d’un «Campus santé»
  • Adapter la réglementation: assurer la cohérence entre lois et besoins
  • Créer des structures de dialogue: permettre la coopération intersectorielle continuelle par la modération

Les postulats et les mesures stratégiques montrent aux instances politiques dirigeantes, aux institutions de formation et aux entreprises actives dans le système de santé comment le processus de transformation de la formation à la santé peut être abordé.

Cette vision est vaste et complète: elle ne tient pas seulement compte de la formation à la prise en charge des patients au sens le plus étroit et à son financement, mais considère aussi la planification, la gestion et la direction du système de santé, ainsi que les connaissances acquises pour les innovations et le développement des entreprises.

L’effet souhaité de cette approche est de changer les images et les concepts dépassés et de permettre un «apprentissage transformatif». Celui-ci devra ensuite favoriser le passage d’un modèle d’intervention fortement axé sur l’aspect curatif et le médecin, à tendance paternaliste, à une compréhension systémique des processus, découlant au final sur une participation sociétale accrue et une meilleure santé pour tous, ainsi que sur une meilleure performance économique.

Working Paper 7

Sottas, B., Höppner, H., Kickbusch, I.,Pelikan, J., & Probst, J. (2013). Former des professionnels pour le monde de la santé: une stratégie intersectorielle. Zürich: Careum. PDF

Plusieurs informations

Rapport Lancet